La violence du calme

En 1992, il obtient son premier rôle dans un court métrage de Stéphane Laporte, La Violence du calme. Ce court métrage (12 minutes) réalisé en 1991 a obtenu le Prix Alcan (meilleur film) et il met en vedettes Simone Chevaleau et Marie Brassard, entourées par Luc Picard, Marc Béland et Bruno Blanchet. Il raconte l’histoire d’Heidi à la recherche de son frère. Bruno y tient son premier rôle en incarnant un chauffeur de taxi.

 « J’avais 26 ans … Je venais de tourner dans le court métrage d’un ami, Stéphane Laporte (pas lui, l’autre). Le film s’appelait La violence du calme, et j’y jouais un chauffeur de taxi. Je conduisais une immense Dodge Polara 72. C’était mon premier rôle à l’écran. J’apparaissais 36 secondes, j’avais quatre répliques et, deux minutes plus tard, je me tirais une balle dans la tête (faites le calcul).
Trois mois plus tard, j’ai eu une session de studio pour enregistrer une chanson (je chantais comme une casserole, mais j’y croyais vraiment) avec mon band, La Milice … ; une chanson qui allait apparaître sur un CD intitulé Lâchés lousses. C’était un CD compilation de musique alterno franco que je produisais aussi en partie, grâce à une subvention du programme Jeunes volontaires.
Le jour de l’enregistrement de la chanson, dont le titre était La défaite, nous nous rendions, Louis le batteur et moi, au studio, à bord de sa Renault 5, quand bang! une grosse voiture noire nous est rentrée dedans. Je suis sorti du véhicule, un peu ébranlé. Et j’ai eu un choc.
La grosse voiture noire en question, c’était celle-là même que j’avais conduite dans le film, deux mois auparavant!
«Voulez-vous annuler la session?» m’a demandé au téléphone Hani, le preneur de son. Parce qu’à cause de l’accident, on allait prendre plein de retard et payer un maximum d’argent en temps de studio gaspillé…
So what, que je me suis dit! La voiture à bord de laquelle j’ai tourné mon premier film me rentre dedans le jour où j’enregistre mon premier album! Voulez-vous un signe du destin plus clair que ça? J’ai tranché sans réfléchir.
«Pas question d’annuler, Hani. On enregistre aujourd’hui.»
Alors, on a enregistré. Ça a super bien été. Puis on a sorti le disque.
Et on en a vendu six copies. Faque, les signes du destin, ils peuvent bien se rentrer ce que je pense où je pense. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s